Découvrir des histoires de justice alimentaire

 

 

 

Une projection de film et une table ronde visant à mettre en lumière des histoires de justice alimentaire ont eu lieu récemment à la bibliothèque de Malvern, en partenariat avec FoodShare et la National Farmers Union (NFU). La soirée symbolisait le « partage » : partager de la nourriture, partager des idées et partager de l'art.

Le Syndicat national des agriculteurs (NFU) a lancé son projet Depth of Field en 2023, filmant 40 courts métrages sur les agriculteurs de tout le Canada. L'objectif du projet est d'inspirer les consommateurs canadiens à en apprendre davantage sur l'agriculture et sur l'engagement réfléchi des agriculteurs dans les communautés partout au Canada, comme celles présentées dans Depth of Field, qui contribuent à bâtir un système alimentaire prospère bénéficiant aux gens et à la terre. Nous avons projeté trois films lors de cet événement : Lucky Bug Farm (Ontario), Ga Gitigemi Gamik (We Will Plant Lodge) (Ontario) et Back to Roots Farm (Manitoba). Les agriculteurs présentés dans ces films ont parlé de la résurgence autochtone, des aliments culturels, des pratiques régénératrices, de la souveraineté alimentaire et de la communauté, autant d'idées importantes derrière le travail du personnel du CRFM et des membres de la communauté à la ferme urbaine de Malvern et dans le reste de notre justice alimentaire. travail. Vous pouvez retrouver ces films et tous les autres ici : https://www.nfu.ca/filmsaboutfarming/

Le Malvern Family Resource Centre s'est associé à la campagne Right to Food de FoodShare et au programme de résidence d'artistes Toronto Food Stories pour donner vie à cet événement. D'août 2023 à janvier 2024, des artistes de toute la ville ont été immergés dans un apprentissage lié à la justice alimentaire en participant à des ateliers, des visites de sites et des expériences pratiques avec des organisations travaillant dans leurs communautés locales et dans la ville dans son ensemble. Les principaux objectifs de la résidence étaient les suivants :

  • Mettez en valeur les récits d’organisations qui œuvrent pour défendre les droits alimentaires de leurs communautés.
  • Utilisez le processus de création artistique pour attirer l'attention sur la crise urgente d'insécurité alimentaire à Toronto et sur la manière dont elle se manifeste dans différents quartiers de la ville.
  • Établissez des liens significatifs entre les artistes et les organisateurs communautaires qui travaillent à renforcer la sécurité alimentaire dans leurs quartiers.

Sun, une artiste multimédia, neurodivergente, non binaire et queer tamoule, a été sélectionnée comme artiste de l'Est de Toronto. Ils ont lancé leur zine lors de l'événement. Cela s'appelle Eating is Hard, mais la souveraineté alimentaire est un voyage plein d'émerveillement, de communauté et de magie ! Leurs questions directrices comprenaient :

  • À quoi ressemble pour vous la joie de manger ?
  • Qu’est-ce qui vous excite dans la nourriture ?
  • Y a-t-il quelque chose dans votre rapport à la nourriture que vous aimeriez changer ?
  • Qu’en est-il des choses que vous souhaitez conserver ?
  • Comment la nourriture vous connecte-t-elle à votre communauté ?
  • À quoi ressemblerait pour vous la souveraineté alimentaire ?

Ils ont également inclus une belle définition de la souveraineté alimentaire dans leur travail : la capacité de choisir sa nourriture, de la culture à la cuisson jusqu'à votre table. Vous méritez une nourriture culturellement pertinente, suffisamment copieuse et accessible avec respect.

La souveraineté alimentaire est un processus, et c'est quelque chose que le CRFM s'efforce d'inclure dans tout notre travail à travers notre stratégie alimentaire pour 2024-2026. Tout le monde n’a pas envie de cultiver sa propre nourriture, et ils ne devraient pas avoir à le faire pour manger. Tisser des liens entre mangeurs et producteurs permet de contourner cet enjeu évoqué lors de la dernière partie de la soirée : le panel d’agriculteurs.

Hermmela Tafesse, terrasseuse et artiste multidisciplinaire, a été rejointe par deux agriculteurs communautaires de Malvern Urban Farm, Sumathy Thankan et Jennifer Forde. Jennifer est également la fondatrice des marchés agricoles Courtyard et Scarborough. Les trois panélistes ont parlé de la façon dont ils se sont retrouvés à travailler dans l'agriculture et de l'importance des liens communautaires à travers l'alimentation, l'accès à l'espace de culture et les possibilités qu'offre la souveraineté alimentaire.

Hansel, l’un des coordinateurs du droit à l’alimentation, a joliment conclu le panel avec la déclaration suivante : « les communautés ont le droit de demander, d’exiger les choses dont elles ont besoin ». La nourriture est l'un de ces droits.

Certaines des questions et pistes de réflexion que nous aimerions que vous repartiez sont les suivantes : Qu'est-ce qui, selon vous, serait différent dans la façon dont votre communauté accède à la nourriture, aux espaces de culture et aux espaces verts ?

Nous espérons que vous vous joindrez à nous au marché fermier du CRFM et à d'autres événements à venir cet été et que vous continuerez à réfléchir à votre réponse et à la façon dont nous pouvons exiger mieux de nos systèmes alimentaires communautaires !

Bloguer par
Claire Perttula, coordonnatrice des projets de justice alimentaire

Faire défiler vers le haut